4. Recherche du premier garage

Bivouac au milieu de rien

Jeudi 17 janvier 2013  165 km en 4 H 00 ; 13 ° à  25°

On continue notre route vers Dakhla. On a augmenté la pression des pneus et du coup ça va beaucoup mieux (à étudier).

La route est toujours la même, traversant quelques villages qui ont l’air abandonnés. Les contrôles de police se suivent mais on a nos fiches et ça va bien, ils sont contents.

Attention dormadaires vivants
Baie de Dakhla

En arrivant dans la baie de Dakhla, vue magnifique sous un beau soleil, on aperçoit de plus en plus de camping-cars, soit par 2 ou 3, soit carrément « en village ».

En arrivant en ville, on se met à la recherche d’un garage pour monter notre pneu de rechange sur la jante. Comme d’habitude, le meilleur moyen de trouver… est de demander. Après quelques temps, on s’arrête devant un petit garage (ils doivent juste faire des vidanges, ça doit s’arrêter là) et on demande s’ils changent les pneus. Ils regardent et disent que oui… Bof ! A 3 ou 4, dont un doit être le fils du patron et être là juste pour surveiller les ouvriers, et Patrick qui met son super bleu de travail, ils démontent le pneu éclaté. Il faut surveiller ce qu’ils font, repérer comment c’était monté parce qu’ils n’ont vraiment pas l’air de savoir. Juste le fils du patron, plus intelligent, qui pose tout à côté de lui dans l’ordre du démontage et dans le sens dans lequel c’était monté. Un bon point pour lui.

Heureusement qu’on a emmené notre matériel car ils n’ont rien, pas de démonte pneu, à peine à compresseur qui marche quand il veut, ils doivent tenir les tuyaux ensembles à la main, pas de clé pour dévisser les boulons, bref RIEN. Le remontage se passe bien mais la roue ne veut pas se gonfler totalement, le joint tubless n’a pas l’air étanche. Au bout d’un quart d’heure, il y en a un qui a l’idée de la gonfler debout et pas couché, et ô miracle, ça fonctionne. Il aura fallu 2 heures…

Mais maintenant on sait que l’on pourra se débrouiller tout seuls !

On continue pour essayer de trouver un pneu de rechange, au cas où, et un peu plus loin on en trouve un de même taille, pas trop abîmé. On l’achète pour 650 Dh (cher vu l’état mais ça peut toujours servir).

On ressort de la ville pour aller au camping repéré sur la route. Il y a beaucoup de monde, c’est assez crade mais impossible de bivouaquer ici, il faut faire de la lessive, remplir l’eau, un peu d’intendance quoi.

Dakhla est très courue pour le kyte-surf et les gens viennent ici pour quelques mois, il y a de gros CC, ils ont des quads pour se déplacer et faire les courses.

Je passe 2 heures à faire le linge, on l’accroche en se disant que vu le vent, il sera sec rapidement. mais en bord de mer c’est vite humide. Aussi vers 19 H 30, on décide de le rentrer mais il est encore tout mouillé. Heureusement, le système D ça nous connaît et voilà la cabine changée en étend-linge !

Notre sèche linge intérieur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :